“Nous ne sommes pas devenus fous”, Vladimir Poutine relativise le recours à l’arme nucléaire

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
Email

Alors que la menace nucléaire russe plane depuis le premier jour sur la guerre en Ukraine, le président russe Vladimir Poutine a relativisé le risque d’un recours à cette arme de destruction massive.

Ce mercredi, le dirigeant russe a reconnu l’arme nucléaire “comme un moyen de défense”, et a affirmé qu’il ne l’utiliserait qu’en “réponse” à une attaque de ce type.

“Nous ne sommes pas devenus fous, nous savons ce que sont les armes nucléaires”, a déclaré M. Poutine, s’exprimant en visio-conférence devant son Conseil des droits de l’homme, une organisation entièrement soumise au Kremlin.

Après plusieurs menaces d’y recourir ayant émané de responsables russes ces derniers mois, il a souligné que ces armes étaient “un moyen de défense”, qu’elles étaient destinées à une “frappe en représailles”.

Autrement dit, “si on nous frappe, on frappe en réponse”, a martelé le chef de l’Etat russe.

Néanmoins, “la menace d’une guerre nucléaire grandit”, au regard de la confrontation Russie-Occidentaux autour de l’Ukraine, a-t-il relevé, imputant cette situation aux Américains et aux Européens.

Pour le chancelier allemand Olaf Scholz, la communauté internationale “a tracé une ligne rouge” à la Russie et a permis de faire diminuer le risque d’un recours à l’arme nucléaire par Moscou en Ukraine.

“Une chose a changé pour le moment: la Russie a cessé de menacer d’utiliser des armes nucléaires”, a affirmé le chancelier dans un entretien au groupe de médias allemands Funke et au quotidien régional français Ouest-France à paraître jeudi.

Rapport de l’ONU sur l’Ukraine

Pendant ce temps, l’ONU a publié mercredi un rapport sur les violations des droits humains en Ukraine.

Selon ce rapport, les troupes russes auraient tué 441 civils aux premiers jours de l’invasion de l’Ukraine. Ces exécutions sommaires sont susceptibles de constituer des crimes de guerre.

Moscou a nié s’en prendre délibérément à la population depuis le début de l’invasion de l’Ukraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles

Parlez nous de vous

Que vous ayez des questions ou que vous souhaitiez simplement dire bonjour, contactez-nous.

Choisissez une chaine du réseau

Choisissez une chaine du réseau