Le Camerounais Pascal Siakam prolonge son contrat avec les Raptors et empoche gros

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
Email

Arrivée au palais d’Etoudi en 1994, la Première dame a tissé sa toile, si bien qu’elle est devenue incontournable dans les sphères du pouvoir. Voici les intimes que l’épouse du président Paul Biya a placés au cœur de son dispositif.

En pleine guerre des clans, Chantal Biya brille par sa discrétion. Rien de ce qu’elle pense ou entreprend ne transparaît, en dépit de nombreux avis de tempêtes. Le dernier a directement touché Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général de la présidence, réputé lié à la Première dame. Bien qu’étant le plus proche collaborateur du chef de l’État, et détenteur d’une délégation permanente de la signature présidentielle, il a été visé par un mandat d’amener émis par le parquet du Tribunal criminel spécial, dans le cadre de l’affaire dite du « Covidgate ».

Certes, Paul Biya a fait suspendre cette procédure, mais le mal est fait. Etoudi n’est plus le temple entouré d’un halo de mystère qu’il fut. Et ce pilier du « système Chantal » a senti le vent du boulet et accusé le coup. Et ce ne sera pas le dernier. Compte tenu de l’âge de son époux – 89 ans – et de la perspective de l’ouverture de la succession – qui aiguise bien des appétits – à l’issue de l’actuel mandat, Chantal Biya devra seconder le président, mais aussi se

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles

Parlez nous de vous

Que vous ayez des questions ou que vous souhaitiez simplement dire bonjour, contactez-nous.

Choisissez une chaine du réseau

Choisissez une chaine du réseau